Enferme-moi...

[Forum Yaoi] Emprisonne-moi dans ta cellule...
 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 La longue marche vers l'enfer ! [PV : Zero]

Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: La longue marche vers l'enfer ! [PV : Zero]   Mer 3 Nov - 23:54

L'odeur du véhicule en métal, le silence pesant, les vibrations incessantes... le début d'une marche vers les abyss de l'enfer. Quel était ce lieu ? cette prison qui a fait autrefois frémir le monde des criminels ? ... Après un moment sur les routes et les mers, nous arrivâmes à une île celle-ci était seulement habité de la prison, en retrait perdu au milieu de l'océan, comme un endroit à conserver et laisser inaccessible. Ma personne accompagné de deux gendarmes, nous nous dirigions vers les portes de la prison, un gardien était là pour réceptionner les nouveaux "colis".

Après un rapide coup d'oeil sur son bloc et il ouvrit la porte, il s'amusait avec les autres gendarme à dire des choses comme : "Oh encore un nouveau, belle gueule ca va en intéressé plus d'un il ne devrait pas s'ennuyer même si il parait farouche". Tous riait et continuait leur affabulation, je soupirai d'entendre des âneries pareilles à savoir qui était les plus murs entre ses gars et moi.... Le soleil était exceptionnellement beau en ce jour et la mer laissait sa douce odeur salée dans l'air accompagné du chant des mouettes. L'un des gendarmes me poussa dans la cour pour que j'avance, c'est ainsi que nous traversions cette immense cours, la brise caressant mon visage. Nous pénétrions ensuite dans l'enceinte même de la prison.

De long couloir gris nous accueillait à bras ouvert, le bruit de nos pas régulier raisonnaient, les discussions et ricanements des forces de l'ordre s'élevait avec un écho, mes bras pendant devant moi avec toujours à mes poignets ses jolis bracelets qu'on vous met gratuitement. notre cadence était normal, j'avais hâte de poser mes fesses dans un endroit où je pourrais être enfin seul. La solitude est en ce moment ma seule amie fidèle et mon caractère anti-social est au rendez-vous.

Les forces de l'ordre s'amusait des différents prisonniers devant qui on passait, je les scrutais mais sans plus d'intérêt. Cependant je laissais une oreille trainée sur la discussion de mes gardes du corps :

- "Encore un qui va pas tarder à goûter au côté obscur de cette prison"
-"Oui !! Hahaha !!! ses gardiens ont une foutu chance de pouvoir faire ce qu'ils veulent avec les esclaves ici présent, je les envies pour ca"
-"Oui enfin cette prison a été réputé donc y a pas de raison que son mode de fonctionnement n'ai pas garder des traces, les forte têtes vont devenir de magnifiques agneaux"

Un délire qui pourrait passer inaperçu mais j'avais déjà entendu des rumeurs mais rien ne prouvait cela, c'est comme pour un mythe il faut tout faire pour le préserver donc la je pense que c'est pareil , c'est pure spéculation et c'est seulement pour faire peur au détenu, les traiter d'esclaves est quand même un peu fort je trouve. Alors que les ampoules au plafond avançaient de manières incessante comme si ce couloir n'avait pas de fin, nous finissions tout de même notre route devant une cellule de taille moyenne les barreaux en fer noir dont la porte était ouverte comme si on m'y attendait.

J'entrais d'un air résigné, me retournais pour qu'on m'enlève les menottes puis avec un sourire les gendarme laissaient place aux gardiens, ils fermèrent la porte derrière eux et je me retrouvais dans ce vaste espace déprimant. Mon regard se posait sur la cellule d'en face qui était habité par un jeune homme plus jeune que moi, il avait de la compagnie on dirait un gardien mais je ne m'attardais pas plus que ca à les regarder.

Plusieurs lits étaient installé on en comptait 4 cependant les couchette n'avait pas l'air d'être utilisé, ce qui voudrait dire que je suis seul dans cette cellule pour le moment, un lavabo et un bidet était à dispo mais rien de plus. Je poussa un profond souffle et m'allongea sur la banquette du bas à droite, j'étais fatigué, fatigué de tout ca et ce lieu me paru bien reposant. Je fermais les yeux, un bras poser sur mon front, je revoyais son visage et son sourire angélique, ses moments que nous avions passé tous les deux puis des flash de l'incident me vinrent à l'esprit, j'avais envie de pleurer du plus profond de mon être mais je ne pouvais pas le faire, ma haine l'ayant emporté sur ma tristesse, je me suis alors juré de n'aimer aucune autre personne et jamais me marier, enfin j'étais la pour un bout de temps donc autant ne pas penser à cela.

Cette prison avait une atmosphère bizarre, je ressentais pas un malaise mais plus une sensation inconnue, dire que cette prison inspirait la peur et en faisait trembler plus d'un.... bizarrement je ne ressentais plus aucune émotion, que se soit la peur, la haine, le dégout, l'amour, la tristesse tout cela a disparu en un éclair me laissant tel un zombie dans ce monde. Bien que je ressassais des souvenirs, des questions.... je finis alors par m'endormir ....


Dernière édition par Yuya Atsushi le Mar 16 Nov - 11:48, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Zero Kiriyu

avatar

Messages : 156
Date d'inscription : 28/10/2010
Age : 26

MessageSujet: Re: La longue marche vers l'enfer ! [PV : Zero]   Dim 7 Nov - 18:16

Ce jour la, je ne l'oublierai jamais non pas a cause de la sentence mais du visage, de l'expression de Yuki qui était ma soeur mais aussi la femme que j'aimais, c'était immorale d'aime sa soeur mais qu'es ce que je pouvais y faire ?
Elle m'a toujours éblouie par sa bonne humeur, de son magnifique sourire, des ses yeux éclatant tout en elle me rendais un peu plus fou.

Je me trouvais dans le véhicule me condisant dans ma nouvelle " demeure", Les menottes couleur argents étaient plus que serrées sur mes poignets, cela provoquais une petite douleur mais je ne disais rien.
Les gendarmes n'arretaient pas de parler, non je ne dirait meme pas cela parler mais jacasser.
Et si se n'était que sa, je ne compte meme plus les coups a niveaux des jambes et des bras, mais ne réagissant pas, ils se lassèrent vite de ce petit jeu.

Mon esprit était ailleur comme la plus part du temp, le temps dans se véhicule me paraissait long et d'un ennuis, bizarrement j'avais hate d'arriver la bas pour etre tranquille.
Les portes s'ouvrèrent, je me leva et comme je le pensais les gendarmes me posa hors de véhicule métalliques, me fesant trébuché.
Leurs réactions m'énervait de plus en plus mais je ne le montra pas, restant le plus possible impassible sur ce genre de geste d'infantille.

La prison se trouvait sur une ile au milieu de l'océan, je profita de paysage avant d'entré entre ses quatres murs.
Des mouettes trournèrent autour de l'ile, je les regardais avec un sourire au lèvres, elles devaient etre les etres les plus sympa de cet endroit.

Nous entrâmes dans ce batiment après etre passé sous le contrôle d'un gardien, je pouvais entendre les remarques des gendarmes a propos de mes délits, de mon silence durant mon procès.
Cela m'énervait pas plus car je ne voyais pas pourquoi je devrai m'en vanté ? je n'ai pas fait cela comme si je l'aimais bon j'avoue que la première victime, je me suis laissé emporté car il avais osé touché a ma bien aimé.
Mais a part cet homme, je ne ressentais rien en tuant ses personnes, je les tuais pour gardé quelqu'un en vie meme si s'était immorale, j'était égoiste.

Quelques prisonniers se trouvait dans la cour mais nous ne restions que quelque instants, juste pour la traversé et ensuite entré dans un long couloir.
Qui se trouvait etre les cellules, tout le couloirs n'était constituté de cela, je passa mon regard sur ces dernières.
Ca ne devais pas plaire au gendarmes car ils me poussèrent encore une fois pour que j'avance un peu plus vite.

Alors que je continuais d'avance, j'entendis un " Hey", je me retourna et je vit qu'ils étaient une cellule derrière moi.
Je me retourna et fit quelques pas pour aller dans leur direction, le sourire au lèvres.
Quand ils me virent sourire, une des gendarmes m'attrapa, me jetant violemment sur une des cellules, le choc était rude, cela fesais assez mal mais je ne broncha pas.

- " tu fais ton malin a sourire ? Je vais te le faire disparaitre ta saleté de sourire !!! "

Je sentis sa main m'attraper les cheveux, tirant ma tete vers l'arrière pour ensuite la frapper contre ses barraux métalliques, la douleur se fesais de plus en plus présente.
Je me débattis le plus possible, c'était n'importe quoi, la seule réaction que j'avais était de donné un coup de pied vers l'arrière dans la jambe du gendarme, celui ci me lacha.
Je me soutenais contre la grille, je remarquais que la porte était ouverte, je ne l'avais pas remarquer ni l'homme qui dormait dans une des couchettes, je me demandais comment il pouvait encore dormir avec l'autre qui s'exitait.

En parlant de l'autre, il s'apprétait a revenir a la charge mais heureusement l'autre Gendarme l'arreta, pendant ce temp le gardien me poussa dans la cellule retirant mes menottes et refermant la porte.
Les gendarmes finirent par se casser, ma tete était douleureuse, je me sentais completement dans le gaz.
Je prit la première couchettes que je vis allant sur celle en bas a gauche, je me coucha car sa m'éviterai d'avoir continuellement la tete qui tourne.

Je porta ma main contre ma tete, la douleur fut plus vive, je la regadais et vit un liquide rouge sur celle ci.

- " Et merde "

J'arracha un bout de ma chemise, la pliant et l'apporta vers mon frond, la déposant sur ma blessure.
Malgré tout, je ne pouvais m'empêcher de pensé a elle malgré cette douleur, ce qu'elle pouvait faire en cet instant, ce qu'elle pouvait pensées, j'en oublia meme cet homme qui se trouvais dans la meme cellule ...

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: La longue marche vers l'enfer ! [PV : Zero]   Mar 9 Nov - 14:16

... tout est noir...aussi noir que les ténèbres... j'ai beau regarder autour de moi en tournant sur moi même ...rien... le néant... même pas les palpitations de mon coeur battant pour montrer que je suis en vie. Pourquoi ? où suis-je ? Soudain un flash de lumière, mon attention se porta dessus malgré que cela m'éblouissait, après quelques secondes la lumière devenait de moins en moins intense dévoilant ainsi une scène dont je faisais parti intégrante.

Une ville je la reconnue c'est Osaka celle où je vivais avant mon transfert, je voyais des gens qui vaquer à leurs occupations, les oiseaux qui chantaient à tout va.... Un soleil à rendre aveugle, je me mis à marcher sur se trottoir que j'arpentais souvent, je me sentais perdu car ne devais-je pas être enfermé en prison ? était-ce la réalité ? Le chahut de la foule avait l'air pourtant si réaliste. Après quelques pas et une observation des lieux de façon hagarde, une vision de moi et ma bien aimée juste devant mes yeux nous nous tenions par la main et avançaient gaiement.

J'étais situé juste derrière et j'observais la scène, cette scène est en fait un souvenir que je revoyais alors je suis dans un rêve .... Tous ses bons moment que je revivais n'étaient en fait que chimère et me faisaient souffrir jusqu'à ce que j'entends un cri, ce cri effroyable ou ma belle fut agressé, et que je la revis gisant sur le sol... Cette vision me fit me réveiller, mes yeux s'ouvrirent net et je sentais comme de la sueur sur mon visage, ma respiration était rapide et lorsque je vis, le lit en face de moi et cette cellule je commençais à me calmer.

Non pas que cette situation me calmait mais je savais que mon sort était jeter, je refermais mes yeux sans me rendormir histoire de me calmer, tout en sachant que ce genre de cauchemars surviendra plusieurs fois. Alors que je venais à peine de refermer les yeux, j'entendis un boucan pas possible, le déverrouillage de la porte et une voix grave disant :

- " tu fais ton malin a sourire ? Je vais te le faire disparaitre ta saleté de sourire !!! "

Ces paroles étaient précédées d'un choc sourd, j'entrouvris mes yeux juste pour voir ce qu'il se passait, je vis un jeune homme aux cheveux argentés à terre, ses yeux avaient une couleur violette et alors que je commençais seulement de le regarder avec discrétion, une main saisissait ses cheveux pour le relever c'est la que je me suis dit que j'aurai un nouveau compagnon de cellule alors que je viens juste d'arriver. Je refermais mes yeux pour les laisser à leurs affaires.

Après encore du boucan et quelques paroles, j'entendis la porte se verrouiller et les pas des gendarmes s'éloigner, je l'entendis bouger mais ne rouvris pas mes yeux pour autant et sa voix fit :

- " Et merde "

Un bruit d'un vêtement qui se déchirait, je ne pouvais m'empêcher de pousser un soupir en gardant toujours les yeux fermés car en fait ce qui lui était arrivé ou ce qu'il a ne m'intéressait aucunement donc d'une voix désintéressée et froide je fis :

-"Pfff ...... si bruyant ! je crois bien que cette harmonie solitaire était de courte durée"

C'est alors que pour voir le jeune homme et sa réaction j'ouvris seulement les yeux, j'étais allongé sur le côté face à sa couchette et les bras croisés.... Aucun sourire n'apparut sur mes lèvres, aucune expression ne pouvait se voir sur mon visage, mon regard doré était aussi froid que si je regardais un objet quelconque sans grand intérêt.... Ce que je vis en ouvrant les yeux ? ... un jeune homme allongé sur le dos, tenant un bout de chiffon sur sa tête, il apparaissait un tatouage sur son cou surement un symbole qui représente quelque chose pour lui.

Moi qui me faisait une joie d'être enfin seul pour me torturer l'esprit avec tout ce que j'ai vécu, maintenant je vais devoir le faire mais avec une personne en spectateur si s'est pas malheureux, il y a de plus en plus de criminel de nos jours, qui suis-je pour juger les autres alors que j'ai tué de sang froid par vengeance, je suis plutôt mal placé pour la critique.


Dernière édition par Yuya Atsushi le Mer 10 Nov - 21:52, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Zero Kiriyu

avatar

Messages : 156
Date d'inscription : 28/10/2010
Age : 26

MessageSujet: Re: La longue marche vers l'enfer ! [PV : Zero]   Mer 10 Nov - 17:53

Tout en fermant les yeux, c'était elle qui apparaisait devant moi, j'avais l'impression que quand j'ouvrirais les yeux, elle serai devant moi a ce penché vers mon visage comme elle le fesais souvent quand j'allais me réveillé.
Je me serai bien endormis meme si je savais que cela serai impossible, mais je voulais révé d'elle, gardé de doux souvenirs en sa compagnie, ca me permettais de tout oublier.
Ou je me trouvais...., ce que j'avais fait,.... la douleur que je ressentais tout.... mais une voix me sorta de ses douces pensées.

-"Pfff ...... si bruyant ! je crois bien que cette harmonie solitaire était de courte durée"


Sa voix était froide et on sentais qu'il n'avais pas vraiment envie d'avoir un contact avec moi ou plutot il en avais rien a faire de moi, ce qui ne me touche pas.
Je ne bougea car je n'avais pas envie de bouger et si je me levais ou autre je risquais de réouvrir la plaie, ce dont je n'avais pas envie non plus.
Et puis il n'avais pas non plus bouger ou alors très discretement car je n'avais pas entendu le moindre bruit.

- " J'aurai moi aussi préféré etre seul mais ce n'est pas possible malheureusement "

Je soupira car je n'était tout d'abord pas friand des contact humains, amicaux ou autre mais j'était quand meme un peu forcer de parler car cette cellule serai mon nouveau chez moi pour le restant de ma vie.
En y pensant, je ne sais meme pas comment je réagirais a voir Yuki faire sa vie avec quelqu'un enfaite je ne l'imaginais meme pas car je ressentais déja mon coeur se serré rien qu'a cette idée.

Je me redressa doucement passant de la position couché a assise, je retira le morceau de tissu et constata que le sang avait déja arreter de couler, je passa mes doigts sur la blessure.
Cette dernière n'était pas si profonde que je le croyais et elle serai cachée par mes cheveux, personne ne serai au courant enfin personne sauf mon colocataire, si on pouvais l'appeller comme cela.

Je ne me préoccuppais pas du jeune homme, je regardais discretement un peu plus la pièce, elle n'était pas fort grande pour abriter 4 personnes mais je savais que je n'allais pas tomber dans un pallace trois étoiles en venant ici.
Bien que si j'avais pu choisir, je ne serai pas ici, beaucoup de rumeur courant en ville sur cet endroit moi qui n'ai jamais voulu écouté leur idioties je me trouvais au première loges pour voir si cela était fondée ou pas.

Enfin je savais déja que les prisonniers n'étaient pas très bien accueillis, la preuve, ma tete s'en souvient encore.
Durant mon inspection, mon regard tomba sur le garçon, ce dernier avais les cheveux noir en bataille, des yeux couleur or.
On pourrai dire qu'il est mignon peu etre beau pour les filles mais pour moi je ne le trouvais que mignon.

je fis quelques chose de rare qui pourrai passer pour de l'ennuis ou autre mais j'allais engager la conversation.
C'était mieux de paarler enfin plutot de connaitre cette homme que de faire comme si il n'existais pas ... enfin quoi que.

-" Je m'appelle Zero Kiryu et toi ? "
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: La longue marche vers l'enfer ! [PV : Zero]   Mer 10 Nov - 22:38

Je regardais ce jeune homme sans grand intérêt juste comme ca histoire de voir à quoi il ressemble, je fus surpris lorsque je vis ses lèvres bouger, il avait une voix agréable à entendre malgré le fait que se soit un homme :

- " J'aurai moi aussi préféré être seul mais ce n'est pas possible malheureusement "

C'est ensuite qu'il se releva doucement pour se mettre assis. Il retira un morceau de tissu qu'il tenait, celui ci était un peu taché de rouge, il avait du se blesser avant de venir ou un mauvais coup donner par les forces de l'ordre. Suite à cette petite pensée, je vis que le garçon observait la pièce, cela va s'en dire que le tour était vite fait, à par des banquettes en guise de lit, un lavabo et un toilette on peut pas dire que c'était le luxe.

Le regard violet du garçon s'arrêta sur ma personne, je le regardais sans rien dire lorsqu'il me fit :

-" Je m'appelle Zero Kiryu et toi ? "

J'étais un peu surpris qu'il veuille engager la conversation et j'émis un gloussement de rire, je me mis sur le dos en fermant mes yeux le temps de me tourner puis les ré-ouvris pour observer le plafond. Ce plafond monotone et sombre qui a du en voir des prisonniers passer. Bref je mis mes mans derrières ma tête comme si le petit oreiller que j'avais n'était pas suffisant, je fis d'une voix sobre et lointaine :

-"Drôle de nom....Zero..... ca veut dire néant .... ca n'a en fait aucune signification.... Pourquoi se donner un nom..."

Je ne finissais pas ma phrase le temps de laisser un petit silence car au même moment je repensais à ma bien aimée, son sourire angélique, ses cheveux flottant dans le vent et sa voix appelant mon nom 'Yuya" comme dans un écho qui se répétait sans cesse. Je repris alors ma phrase infini :

-"Un nom que plus personne ne pourra prononcer...."

Je venais de me rendre compte que en fait j'étais parti à déblatérer pour ne rien dire et je repris d'un ton plus normal :

-'Hmm... désolé .... je m'appelle Yuya ... Yuya Atsushi et je suis arrivé tout a l'heure '

Ce que je ressens en ce moment ? telle est la question. En fait, je me sens comme une coquille vide, je ne veux plus connaitre cette souffrance qu'est de perdre quelqu'un qu'on aime et pour cela j'ai juré de ne plus aimer aucune fille, bien sur je suis pas prêt de sortir ce qui m'aidera grandement à rester dans mon passé douloureux et une prison peuplé d'homme est l'idéale pour se défouler dans les bagarres quand l'envie pourrait nous prendre.

Cependant, j'ai comme une mauvaise sensation, comme si ... tout n'allait pas être si facile que je le pense. Enfin j'ai un 'colocataire' qui a l'air d'avoir la même solitude que moi donc je pense que pour le moment ca le fera du moins j'ai pas le choix de faire avec, je pourrai même pas dire si je suis en colère d'être ici, si je suis triste de plus voir ma famille, si je déprime, si je suis heureux...

Mais dans un sens je pourrais répondre à certaines questions je suis triste de plus voir ma famille mais d'un côté j'en suis heureux car lors du jugement mon père à montrer qu'il tenait à moi, je déprime... oui bien sûr.... j'ai perdu la femme de ma vie donc je n'ai plus goût à rien. Suis-je en colère d'être ici ? en fait non je ne crois pas, et ca ne résoudrait rien de l'être. Mon regard continua d'observer le plafond intensément sans bouger perdu dans ma longue réflexion sur moi-même
Revenir en haut Aller en bas
Zero Kiriyu

avatar

Messages : 156
Date d'inscription : 28/10/2010
Age : 26

MessageSujet: Re: La longue marche vers l'enfer ! [PV : Zero]   Dim 14 Nov - 17:02

Le jeune homme émit un gloussement, je ne comprenais pas très bien pourquoi, qu'es ce qu'il y avais de marrant dans ce que je venais de dire ?
Il se remis sur le dos, mettant ses mains derrière sa tete, sur son coussin précisement comme si ce dernier n'était pas assez haut.

-"Drôle de nom....Zero..... ca veut dire néant .... ca n'a en fait aucune signification.... Pourquoi se donner un nom..."

Sa voix était lointaine et assez sobre mais ce qui me surpris c'est qu'il ne finissait pas cette phrase, pourquoi ce donner un nom ?
Un léger silence c'était installé dans la cellule, je n'avais jamais remarquer que mon prénom pouvait etre bizarre, enfaite je n'y ai jamais pensé.

-"Un nom que plus personne ne pourra prononcer...."

Alors en ce moment, je ne comprenais pas très bien ce qu'il venais de dire, le jeune homme avait un peu l'air absent car il repris d'une voix un peu plus normale :

-'Hmm... désolé .... je m'appelle Yuya ... Yuya Atsushi et je suis arrivé tout a l'heure '

Yuya ... c'est un nom peu courrant mais je trouvais que sa lui allais bien.
Le jeune homme, Yuya avait l'air d'etre une personne solitaire, je dirai meme un peu refermé sur lui meme car il avais l'air d'etre souvent dans ses pensées comme si il se remémorais des souvenirs.

Je soupirais légèrement non pas que je m'ennuais ou autre meme, si je n'aurais pas refusé une petite distraction.
Mais que faire ici ? Il n'y a dans cette cellule que les quatres banquettes, un lavabo et une toilette, dans la cellule voisine se trouvais un prisonnier accompagné d'un gardien.
Les deux personnes avaient l'air de se parlé, c'était étonnant vu comme mes chers amis m'avais accueillis enfin il y a bien des exceptions et ce gardien doit en faire partie.

Cette cellule était démoralisante, les couleurs étaient ternes, le gris dominant toute la pièce enfin c'était un peu le but.
Restez enfermés dans cette pièce, sans rien, pas de repère, ni occupations et le pire c'est que nous avions pas les personnes qui nous étaient si chère.
Pour qui ont aurait déplacé des montagnes, qu'on aurait fait tout ce qu'on pouvais.

Personnellement, je ne suis pas confiant, de laisser Yuki dans le monde extérieur sans moi, car je ne savais si ses gens allait tenir leur parole, je me haissais d'avoir fait cette connerie.
De mettre volontairement fait arreter, d'avoir mis le plus possibles de lien entre les victimes pour encuite qu'on remonte jusque moi, cela me perturbais assez.
Je me trouvais assis, je me mis un peu plus au fond de la couchette, me mettant contre le dos, je regardais le sol pendant que mon collocataire regardais le plafond.

- " Qu'a tu fais pour arrivé ici ? "


Car on devait l'avouez mais Yuya n'avais pas l'air d'etre une mauvaise personne alors que fesait il ici ?

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: La longue marche vers l'enfer ! [PV : Zero]   Mar 16 Nov - 11:47

Mon petit monde, mes pensées... voila ce qui me restais pour trouver le bonheur perdu. Bizarre ? pourquoi bizarre, faut bien se raccrocher à quelque chose pour continuer à vivre non plutôt à survivre, la voix du jeune homme rompit ma méditation et la remise en question sur moi-même. Ses paroles étaient simple et pleine de curiosité :

- " Qu'as-tu fait pour arriver ici ? "

Une simple question qui pourrait bien déboucher sur un roman ou un simple refus de répondre, mais à quoi bon me montrer désagréable ou autre après tout si nous devons partager cette cellule à quatre autant bien s'entendre déjà entre nous deux. Mais je sais que je n'ai rien à attendre de lui, après tout nous sommes dans une prison, certains sont la pour des délits grave et d'autres moins grave. Je fis en me relevant pour mettre assis :

-"Alala ! je te trouves bien bavard pour un criminel enfin soit qu'il en soit ainsi après tout nous allons devoir habité ensemble pour un long moment autant bien s'entendre ..... si possible "

Je pourrai pas dire que je sois méchant et anti-social, mais je souffre tellement en moi, une douleur qui n'est pas prête de s'effacer que tout se que je vois, je touche, je fais... me parait fade et sans intérêt. Je m'asseyais au bord de ma couchette, je me penchais mettant mes coudes sur mes genoux et joignant mes mains. Mon visage faisait face à mon interlocuteur, celui ci était installé au fond de sa couchette et paraissait souffrir de ses blessures. Je remontais mes mains face à ma bouche pour entamer mon récit.

-"J'ai fait ... la chose la plus horrible qui soit. Ôter la vie de quelqu'un. Ce dernier avait lui même ôter la vie d'une jeune femme qui n'était autre que ma raison de vivre. C'est pourquoi je ne te tiendrais pas rigueur de me détester pour mon comportement mais vois-tu...."

J'arrêtais un court instant et me mis au fond de ma couchette pour être mieux à mon aise, je jetais un oeil à la cellule d'en face tout en me plaçant, je pouvais voir les deux hommes discuter encore mais je remis mon attention sur le belle âtre devant moi et repris :

-" .... Je sais pas si tu pourras comprendre.... Les gens qui n'ont jamais éprouver ça ne peuvent comprendre. L'amour avec un grand "A" ou tu es prêt à tout pour la personne aimée. Si bien que tu serais prêt à toi-même pousser tes limites au point d'en perdre la raison ou la vie.... enfin bref le fait est la, je suis incarcéré pour meurtre le jugement à été rendu tout à l'heure et on m'a directement transféré dans cette prison. Mais je sens comme une ombre flottant sur nous autres prisonniers..."

Je posais ma tête sur le mur et plongeait mon regard d'or dans celui du jeune homme. Ses yeux violets étaient comme des pierres précieuses, son corps quant à lui avait l'air fin mais assez muscler quand même, cependant c'est le tatouage qui m'intriguait avait-il une signification particulière ? Etonnant que je m'intéresse à se simple détails alors que jusque là rien ne m'intéressait ....

Revenir en haut Aller en bas
Zero Kiriyu

avatar

Messages : 156
Date d'inscription : 28/10/2010
Age : 26

MessageSujet: Re: La longue marche vers l'enfer ! [PV : Zero]   Mer 17 Nov - 18:01

Je ne quittai pas Yuya du regard, j'était assez curieux de voir sa réaction ainsi que ses paroles.
C'était bien la première fois que j'était aussi curieux mais l'ennui que me provoquait cette pièce me poussais a être curieux, m'occupant ainsi mes pensées.

Le jeune homme se releva pour se mettre assis sur la couchette en me disant que j'était bien bavard pour un criminel.
Pour une fois que j'essayais de faire la conversation, les gens sont quand meme bizarre quand je ne parle pas, il me disent que je le suis pas assez et maintenant on me dit le contraire.
Je comprendrais jamais vraiment les gens, j'était mieux tranquille chez moi en compagnie de ma jeune soeur.

Yuya ajouta que étant donné qu'on allais devoir habité pendant un long moment mieux vaut qu'on s'entend ou du moins si possible.
Pour ma part s'était un moment éternel, vu le jugement qu'ils avaient rendu et que je ne contestais pas car j'aurai fait de meme.

Le jeune homme me fesais face, étant assis sur le bord de la couchette, ses coudes étaient déposé sur ses genou et ses mains sur sa bouche commencant son récit :

-"J'ai fait ... la chose la plus horrible qui soit. Ôter la vie de quelqu'un. Ce dernier avait lui même ôter la vie d'une jeune femme qui n'était autre que ma raison de vivre. C'est pourquoi je ne te tiendrais pas rigueur de me détester pour mon comportement mais vois-tu...."

Il s'arreta un instant, ce m'étant au fond de la couchette tout comme je me trouvais, surement pour être a son aise puis il recommencça a parler.

-" .... Je sais pas si tu pourras comprendre.... Les gens qui n'ont jamais éprouver ça ne peuvent comprendre. L'amour avec un grand "A" ou tu es prêt à tout pour la personne aimée. Si bien que tu serais prêt à toi-même pousser tes limites au point d'en perdre la raison ou la vie.... enfin bref le faitest la, je suis incarcéré pour meurtre le jugement à été rendu tout à l'heure et on m'a directement transféré dans cette prison. Mais je sens comme une ombre flottant sur nous autres prisonniers..."


La première pensée qui me traversais l'esprit était que le jeune homme en face de moi, n'était pas si différent que je ne le pensais.
Meme si nous avions fait la pire chose qu'on pouvais faire et moi je les fait a maintes reprise, c'était pour une personne aimé.

Yuya me regardais, nos regard se croisèrent et ne se quitta pas pendant un moment, je sentais qu'il regardais mon tatouage, devais-je en parlé ? Au point ou j'en suis.

- " C'est la marque d'appartenance d'un groupe ... je suis ou plutot j'ai été un tueur a gage."

Je soupira car je n'aimais pas ce que j'était devenus, ce que j'avais fait, c'était inexcusable d'avoir tué autant de gens pour une seule et unique personne mais je ne savais pas, je ne pouvais pas les laissé lui faire du mal.

- " J'ai tué plusieur gens, je ne saurait en dire combien ... seulement pour en gardé une en vie ... c'est idiot ... égoiste mais je n'aurais pas su vivre sans elle ..."

Je ne regardais meme plus Yuya, mon regard était absent a peine j'avais fini mes paroles que je me trouvais dans mon monde.
Repensant a tous ce que j'avais fait, c'était devenue ma torture, la prison n'était pas vraiment quelques qui me perturbais ou autre, c'était toutes ses personnes, innocente qui avais disparue par ma main ...

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: La longue marche vers l'enfer ! [PV : Zero]   Sam 20 Nov - 15:49

Le jeune homme au regard violacé avait dû s'apercevoir que je fixais son tatouage et au bout d'un instant il me fit :

- " C'est la marque d'appartenance d'un groupe ... je suis ou plutot j'ai été un tueur a gage."

Cela m'étonnait qu'il me dise à quoi il correspondait, après tout il n'était pas obligé surtout que je ne lui avais pas posé la question. Me voila donc avec un tueur à gage.....bah après tout j'ai tué aussi donc au moins je suis au même niveau de gravité alors que moi je n'ai tué qu'une personne, lui, il en a tué plusieurs. Je me demande comment il peut vivre avec sa conscience avec ce fardeau qu'il porte ? .... Enfin bref, je l'entendis soupirer et il reprit alors la discussion en ajoutant :

- " J'ai tué plusieurs gens, je ne saurait en dire combien ... seulement pour en gardé une en vie ... c'est idiot ... égoïste mais je n'aurais pas su vivre sans elle ..."


En le regardant dans les yeux à nouveau, je vis comme si son regard avait changé, oui comme si ce dernier était absent. En fait, je devais avoir la même tête quand je partais dans mes pensées, un visage sans expression particulière, un regard lointain et froid, une immobilité qui aurait pu faire penser à une statue vivante. Je l'écoutais attentivement, pourquoi ? ca je n'en sais rien peut être parce que je n'avais rien de mieux à faire.

Il a tué plusieurs personne pour une seule qui comptait plus que tout autre chose pour lui...C'est alors que je me rendis compte que nous n'étions peut être pas si différent l'un de l'autre. Ce qui nous pousse à faire ses choses horribles, ce qui nous pousse à continuer alors que c'est fini.... il connait cette raison aussi bien que moi, je me levais de ma couchette et me dirigeais vers les barreaux de la prison, j'empoignais d'une main un barreau et posait mon front contre cette barrière de fer froide.

J'observais la cellule d'en face car jusque la je ne m'étais pas soucié de qui s'y trouvait, un jeune homme plutôt mignon s'y trouvait, ses cheveux était mi-court dont la couleur était particulière car elle se situait entre le blond et le blanc, son corps est mince... un garçon plutôt agréable à voir et on ne dirait pas qu'il a commis un acte de barbarie ou autre à le voir ainsi, que pouvait-il avoir bien fait ? .. En face de lui se situait un gardien, je le voyais que légèrement de profil sa chevelure était d'un blond prononcé on aurait dit des cheveux d'or et sa peau était bronzé mais c'est tout ce que je pouvais en dire. A voir l'expression du détenu le gardien devait être plutôt amical, était-ce une ruse du gardien de jouer à ce jeu avec les prisonniers pour mieux leur en faire baver après ? telle était la question à laquelle je ne cherchais même pas de réponse.

Je me retournais pour regarder la cellule et fit en m'avançant pour me mettre face à Zéro :

-"En fin de compte.... Nous nous ressemblons beaucoup tous les deux...."

Je restais la quelques instants à le regarder puis m'avançais vers lui pour regarder sa blessure à la tête, ma main s'avançait pour que l'extrémité de mes doigts fins se posent près de la plaie de façon délicate et je lui fit :

-" Ca saigne encore !!! tu dois avoir mal !!! Tu devrais mouiller ton tissus et le reposer sur ta plaie "


Je me redressais et pensais que il ne devait surement pas pouvoir se lever, je saisissais alors le bout de tissus qu'il tenait et je me dirigeais vers le petit lavabo pour le mouiller. A peine ce dernier au contact de l'eau, je vis le sang qui coulait pour s'échapper par le siphon, mon regard restait fixé sur ce rouge intense légèrement éclairci avec l'eau couler, j'étais comme hypnotisé un moment ce n'est que quand le tissus devint de plus en plus clair que je repris mes esprits et le rinçais correctement. Je l'essorais et revient vers Zéro en lui tendant le tissus mouillé :

-"Tiens mais ça, c'est froid mais ca te fera du bien ! "

Je restais là le bras tendu en attendant qu'il saisit le bout de tissu....
Revenir en haut Aller en bas
Zero Kiriyu

avatar

Messages : 156
Date d'inscription : 28/10/2010
Age : 26

MessageSujet: Re: La longue marche vers l'enfer ! [PV : Zero]   Lun 22 Nov - 21:31

En quelques instants, les visages de mes victimes défilèrent devant mes yeux, je n'avais plus conscience de se qui se passait dans la cellule, Yuya aurait pu faire ce qu'il voulais, tenter de me frapper, je n'aurai meme pas réagis tellement j'était absent.
Quand leur visage disparut, une seule restais mais ce n'était pas une victime mais c'était ma soeur, je ne cessais de pensé a elle.
Elle était ma drogue et c'était vraiment devenu ma raison de vie, ma seule préoccupation
Ma seule pensée pour l'instant était que j'aurai du lui dire ou ce trouvais le Bloody Row, je n'avais pas confiance en ses gens.

Je me demandais si on pouvais prendre contact avec les personnes se trouvant hors de cette prison.
Et si c'était le cas, es ce que le téléphone est sur écoute ? Les lettres lues ?
Je n'avais pas entendu Yuya parlé, ni arrivé près de moi et plus précisement en face de moi.

Je sentis un léger contact sur mon frond, près de la blessure causée par un des gendarmes en peu plus tot.
Je le regardais surpris de ce geste puis ensuite de ses paroles, en quoi me valait il se changement de comportement ?
Il prit le tissu que je gardais dans la main, je le regardais se dirigé vers le lavabo, enfaite oui ca fesais mal mais je n'y pensais pas, ce n'était pas ma première préoccupation.

Je fixais le jeune homme qui mouillait le bout de tissu, je me demande bien pourquoi il était devenu gentil, lui qui avais l'air si froid, se préoccupais de ma blessure alors que meme moi, je n'y fesais pas attention.
Apres quelques instants, au lavabo Yuya revenais près de moi, il me tendais le tissu qui était redevenu clair et mouillé.

-"Tiens mets ça, c'est froid mais ca te fera du bien ! "

Je pris le bout de tissu qu'il me tendais, au contact de celui ci, je sentis que se dernier était froid, assez froid meme.
Je l'apporta vers ma blessure et le posa doucement sur la plaie, je frissonna au cause du froid et aussi que la douleur s'était réveillée.

- " Merci "

Je regardais Yuya, son regard doré me fascinais, c'était la première fois que je voyais quelqu'un avoir un tel regard et cela allais bien avec le jeune homme malgré que je ne le connaissait pas.
Je maintenant ce tissu mouillé contre la blessure, la douleur diminue légèrement et je continuait a maintenair le tissu,Yuya avait raison, ca fesais du bien ce froid.

-" Pourquoi ?... Pourquoi est tu ... si ... gentil ? Non pas que sa me dérange ... mais sa me surprend "
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: La longue marche vers l'enfer ! [PV : Zero]   Jeu 25 Nov - 19:21

Le jeune homme se saisissait du tissu que je lui tendais et l'appliqua doucement sur sa plaie. Je ne voyais plus le sang couler mais plutôt le tissu s'imbiber de rouge. Rouge n'est ce pas la une belle couleur ? ... Alors que je commençais à être obnubiler par cette couleur et à faire une fixation dessus tel un vampire en manque de sang, j'entendis Zéro dire :

- " Merci "

Le jeune homme me regardait tout en continuant à tenir son chiffon, mes yeux se plongèrent alors dans ceux de Zero. A quoi pouvait-il penser ? Je ne pouvais même pas lire dans son regard ou son visage si ca pouvait être une chose agréable ou non. Il reprit alors :

-" Pourquoi ?... Pourquoi est tu ... si ... gentil ? Non pas que sa me dérange ... mais sa me surprend "


Son expression hésitante et ses paroles ont eu un effet surprenant sur ma personne, oui ... j'éclatais littéralement de rire, un rire à la limite de la folie. Je m'avançais vers le jeune homme me pencha en m'appuyant d'une main sur le mur et me pencha au-dessus de lui, mon autre main se posait à son menton pour le faire me regarder. Peut être allait-il me regarder de lui même mais comme ca j'en étais sur, sa main tenant encore le tissu rougit par le sang. Je lui fit d'un air sadique :

-'Non je ne suis pas spécialement gentil ou... spécialement méchant... on pourrait dire plutôt que je suis imprévisible car je réagis au gré de mes humeurs !!! '


A être si près, je venais seulement de me rendre compte de la pâleur de la peau de mon voisin de cellule, une peau clair elle me faisait penser à la neige ... à l'hiver ... son caractère est-il aussi froid que cette rude saison ? Je me le demande. De la couleur de sa peau je dévia sur sa main tenant le tissus, ses doigts étaient fins et longs, je le fis basculer pour qu'il s'allonge sur son lit et me retrouvais ainsi à quatre pattes au-dessus de ce bel âtre.

Ma main gauche lui ôtait le tissus, je regardais sa plaie qui avait commencé à moins saigner, on pourrait même dire qu'elle était stoppée. J'avais une envie folle de me baisser et de lui lécher sur le bout de la langue le sang qui était sur son visage ce qui de ce fait nos visages se seraient frôlés, mais je me retins de le faire et mon regard croisait le sien :

-" Ca a arrêté de saigner. Tu devrais aller te passer un coup d'eau"

Ma voix et mon expression était normal, calme et serein, après quelques secondes qui pouvaient paraitre longue à rester ainsi et dans cette position des plus embarrassante pour certains, je me relevais rapidement et me retournais pour aller m'allonger sur ma banquette. Une fois allongée je lui fis :

-"A un moment je peux être sympa et souriant, l'instant d'après je peux être violent et t'envoyer balader, c'est comme ca que je suis ...."

Voila c'est dit et comme ca il sait à quoi s'en tenir, je sais que je suis difficile à vivre mais malgré tout je peux avoir un bon fond par moment c'est un peu comme le Yin et le Yan, une face positive et une autre négative. Je me demande bien ce que Zéro peut bien penser en cette instant ....

Revenir en haut Aller en bas
Zero Kiriyu

avatar

Messages : 156
Date d'inscription : 28/10/2010
Age : 26

MessageSujet: Re: La longue marche vers l'enfer ! [PV : Zero]   Sam 27 Nov - 16:18

Je fixais Yuya, il avais un peu l'air surpris de mes paroles, de ma réaction en elle meme.
Il me regarda s'approchant doucement de moi, sa main attrapa mon menton, levant légèrement ma tete m'bligeant a le regarder, il arborait un air sadique mais cela ne me fesais pas vraiment peur.

-'Non je ne suis pas spécialement gentil ou... spécialement méchant... on pourrait dire plutôt que je suis imprévisible car je réagis au gré de mes humeurs !!! '

Je ne cessais de regarder le jeune homme et je fut très surpris qu'il me fit basculer, je me trouvais allongé sur le lit, mon regard ne cessais de le fixer surpris de cette réaction.
Sa main ota le bout de tissu qui recouvrait la blessure, nos regards finirent par se croisé, il me dit que la plaie avait arrêté de saigner et que je devrai aller me passer un coup d'eau.

Il resta au dessus de moi, a quatres pattes au dessus de mon corps pendant quelques secondes qui me paraissait interminable.
Je ne le quitta pas un instant des yeux, la position, la situation, le faite de se retrouver seul meme si nous l'étions pas vraiment, nos regards qui se croisaient me firent légèrement rougir.
Heureusement le jeune homme se releva retournant s'allongé sur sa banquette quand cela fut fait il me dit :

-"A un moment je peux être sympa et souriant, l'instant d'après je peux être violent et t'envoyer balader, c'est comme ca que je suis ...."


Je devais l'avouer, Yuya avait une personnalité assez ... originale, je suis sur que se ne sera pas ennuyant avec lui mais pourquoi es ce que j'avais rougis ?
Je me leva, me dirigeant vers le lavabo, j'ouvrit un peu le robinet, un fin filet d'eau coulait de ce dernier.
Je mis mes mains l'une a coté de l'autre pour en faire une sorte de coupelle, recueillant l'eau dedans, je m'abaissa légèrement vers le lavabo et m'aspergea le visage me rafraichissant.

Je frotta doucement la plaie mais en fesant tout de meme attention pour qu'elle ne se réouvre pas.
Je frotta légèrement mon visage avec la manche de mon bras, laissant encore de l'eau dessus, les mèches de mes cheveux étaient légèrement mouillé, s'était principalement les points qui l'étaient.

- " Hé ben sa risque d'etre mouvementé avec toi, j'ai le présentiment qu'on va bien s'amuser "

Je retourna sur ma banquette, ma réaction me perturbait, je ne cessais de regarder Yuya en essayant de trouver une expliquation...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: La longue marche vers l'enfer ! [PV : Zero]   Mer 15 Déc - 9:14

Allongé sur le dos les mains liées par l'entrecroisement de mes doigts, mes yeux fermés comme si j'essayais de dormir. Je dis bien essayé car depuis le décès de ma bien aimée je ne vis pas mais je survis, mes phases de sommeil en proie à des cauchemars incessant.. Comme notre rencontre, les moments passés ensemble, nos nuits d'amour et ce fameux jour fatidique ou elle ne fit plus .... Ainsi que ce moment ou mon esprit devint fou, par la rage, la douleur et la haine devenant ainsi un homme enragé chassant sa proie. Je pense que le restant de ma vie sera ainsi, le supporterais-je ? ... Arriverais-je à surmonter cette rediffusion où devrais-je penser à y mettre fin moi-même ?

Le suicide ? non très peu pour moi, ce n'est pas dans mon caractère, je préfère encore qu'on me torture qui me feras me sentir punit et vivant à la fois mais pour le moment je suis tel un zombie mal poilé survivant dans un monde de lumière beaucoup trop éblouissant pour que je puisse me régénérer. Cette prison sobre et comme les autres, que cache-t-elle réellement ? Comment allons-nous être traité ici ? J'ai hâte de voir ca. Seul le bruit des couloirs et des autres cellules montrait le peu de vie qu'il y avait ici, alors je me concentrais ainsi sur ses dits bruits, c'est alors que j'entendis le bruit de mouvement de vêtement et de banquette. Zero avait dû se lever pour faire ce que je lui avais dit, j'aurai pas pensé qu'il le fasse vu la manière que je m'y étais prit.

Le bruit de l'eau coulant dans un fin filet puis un petit "Splash" donc c'était bien cela il se nettoyait, je me tourna sur le côté droit pour être fasse à la banquette de Zero et avoir ainsi un oeil attentif mais discret, après tout qui sait ce qui pourrait arriver.. On est dans une prison donc se reposer sur ses lauriers est la dernière chose à faire. Puis, sa voix s'engouffra dans la pièce :

- " Hé ben sa risque d'être mouvementé avec toi, j'ai le pré-sentiment qu'on va bien s'amuser "

Je le regardais quand je vis qu'il bougeait alors je fermais les yeux pour ne pas montrer l'attention que je venais de lui porter, le bruit de sa banquette se fit mais je restais ainsi .... Indifférent aux autres les yeux fermés et aucun sourire ou autre, j'avais croisé mes bras pour mieux me caler. Je m'étonnais encore de mon acte de tout à l'heure enfin surtout sur le fait de me rapprocher de lui, de l'allonger, le regarder... c'est comme si j'agissais avec une fille ce qui est pas mon genre de faire cela car à part ma Juri aucune autre comptais, bien sur j'ai eu des avances de femme d'âge mûre mais aussi de jeune de mon âge mais je les envoyais balader car cela ne m'intéressait aucunement.

Mais la je ne pouvais expliquer ce qu'il venait de se passer avec lui, peut être parce qu'il est mignon... Mignon ? Comment je peux trouver un gars mignon ? ... Serait-ce la le pouvoir de la prison ? être attirer ou s'intéresser aux hommes présent ici ?... faudrait peut être que je me bande les yeux au moins je limiterais les dégâts ..... Et c'est quoi ca : "J'ai le pré-sentiment qu'on va s'amuser ?" dans quel sens il l'entends ? Un frisson me parcouru rien qu'a cette pensée. Pour me réconforter, rien que pour mon alter égo je lui fis :

-"Je sais pas dans quel sens tu l'entends mais s'amuser est un bien grand mot, j'ai une drôle de sensation depuis que je suis arrivé qui me fait froid dans le dos."

Je m'exprimais de manière mécontent ou voir bougon, non pas que j'en avais après lui car j'ai rien à lui reprocher et je le connais pas mais je voudrais pas qu'il se fasse des idées suites à ce qu'il s'est passé...
Revenir en haut Aller en bas
Zero Kiriyu

avatar

Messages : 156
Date d'inscription : 28/10/2010
Age : 26

MessageSujet: Re: La longue marche vers l'enfer ! [PV : Zero]   Lun 20 Déc - 14:38

J'avais beau trouvé une explication, je n'en trouvais aucune, sa réaction de me coucher sur cette banquette était des plus mystérieuse et étrange mais je ne cherchais plus a trouver une explication a tout cela.
Je regardais le jeune homme en face de moi, il était couchée sur sa couchette, les yeux fermer son corps était tournée dans ma direction, on aurait peu dire qu'il dormait mais sa voix retentit dans la cellule.

-"Je sais pas dans quel sens tu l'entends mais s'amuser est un bien grand mot, j'ai une drôle de sensation depuis que je suis arrivé qui me fait froid dans le dos."

Il me dit tout cela avec un ton mécontent, bougon meme, je souffla légèrement car mes paroles avait été prises dans un mauvais sens enfin je n'allais pas lui en vouloir après ce qu'il s'est passé s'est normal mais en aucun point je suis attiré par les hommes, la seule que j'aime est ma petite Yuki meme si je sais que sa va etre maintenant impossible que je l'ai.
Je me coucha sur ma banquette mettant mes mains derrière la tete, qu'es ce que je pouvais faire a part me " reposer " enfin si on pouvait le dire car c'était un grand mot; car meme si il n'y avais que Yuya dans cette pièce, ce n'est pas pour ca que je baisse ma garde surtout pas après qu'il m'ai décrit son caractère, si il lui vint une subite envie d'etre violent, c'est surement pas sur la porte qu'il va l'etre.

- " hum ... je parlais seulement de ton changement de comportement, de rien d'autre."

Enfaite a force de rester ici, j'allais finir par devenir completement fou, moi qui ne reste jamais en place, j'en était presque a me lever et a faire les cent pas dans cette maudite cellule pour m'occuper.
Mais qu'es ce que je pouvais faire ? A part resté la et a parler meme si ce n'était pas la chose que je préférai, au moins sa m'occupait légèrement.

Je ferma légèrement mes yeux, restant bien éveillé, j'écoutais tout ce qu'il se passait, les chuchottements dans les autres cellules, les bruit des pas et par moment, on pouvais entendre quelques portes qui se fermais surement de nouveaux arrivant.
Je ne cessais de voir Yuki a chaque fois que je fermais les yeux et d'imaginer le pire, je ne pouvais pas dire qu'elle était en sécurité a la maison car j'arrivais bien a crocheter les serrures ou a trouver des passes partout, si seulement je lui avait dit ou se trouvait le Bloody Row, j'aurai été un peu plus soulagé qu'elle l'ai.
Je réouvrit doucement les yeux, mon regard posé contre le plafond de la cellule, ce dernier était de couleur grise comme tout ce qui se trouvais dans cette prison.

Je ne sais plus ou j'ai lu ca, mais il parait que si les prisons utilise cette couleur principale, c'est parce qu'elle déprime d'avantage et rend plus vulnérable les prisonniers, pour ma part que sa soit du gris, du noir ou du rouge, je m'en fiche completement.
Et ce n'est pas une couleur qui va me rendre fou, je pense que se serait plus pour Yuki dont je m'inquiétais ou du faite qu'on ne puisse rien faire ici, je souffla a nouveau mais assez discretement.

-" Qu'es ce qu'on s'ennuie, c'est beaucoup trop calme ! "
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: La longue marche vers l'enfer ! [PV : Zero]   Mar 21 Déc - 8:56

Le bruit de sa banquette retentit, j'attendis un peu que le froissement de drap cesse pour ré-ouvrir les yeux. Le jeune homme c'était installé face au plafond et les mains derrière la tête son regard paraissait perdu dans ses pensées. J'en profita pour le regarder des pieds à la tête, sa ligne de corps était fine et assez agréable à regarder et... Heu comment ca j'en profita pour le regarder .... Comment je peux m'attarder sur un homme ? enfin faut dire que ca manque de femme et que pour le moment il est bien la seule chose intéressante à voir.

Tout ce qui faisait l'ambiance ici était les bruits de chaine et de clefs, les pas, les discussions, .... On entendait même soudainement beaucoup de bruit, c'est alors que Zero fit :

- " hum ... je parlais seulement de ton changement de comportement, de rien d'autre."

Je savais que de lui dire mon caractère lui ferai peur ou se sentir mal à l'aise enfin au moins je sais que lui il me fera pas suer. Amusant ? j'en oublierai presque ce que c'est qu'une situation amusante... Depuis la mort de ma petite amie c'est comme si j'avais perdu tout sentiment joyeux et même ce que ca pouvait évoquer. Je m'asseyais de nouveaux sur mon lit et m'alluma une cigarette après avoir fouillée dans ma poche droite de mon blouson noir.

Après avoir expiré ma première bouffée en en profitant un maximum, Zero ajouta :

-" Qu'es ce qu'on s'ennuie, c'est beaucoup trop calme ! "

Je fis un ricanement amusé en reprenant une bouffée et lui fit en rejetant cette dernière :

-"Là je suis bien d'accord, c'est mortel comme ambiance, si je pète pas un câble d'ici ce soir tu pourras t'estimer heureux ou voir .... Chanceux"


Un sourire sur un côté de mes lèvres se fit et je remis ma cigarette à la bouche, je me levas et enleva ma veste, laissant ainsi apparaître un top noir sans manche et au design unique car celui-ci était court s'arrêtant aux côtes et descendant plus bas sur un côté en biseau. Un petit silence se fit avant que j'ajoute, en me rasseyant :

-'Sais-tu comment on s'occupe en règle générale dans une prison ? .... Le viol ... Soit les prisonniers les plus fort viol les plus faibles soit se sont les gardiens qui s'en paye une tranche...'


Je riais à la suite de cette phrase mais non pas que ca m'amusait car je suis dans ce cas la mais plus à comment allait être sa tête et sa réponse, je levai alors mes yeux pour plonger mon regard dorée dans le sien, le sourire aux lèvres en amenant ma cigarette. Après peut être une seconde, on aurait dit que les bruits s'approchaient de nous, plusieurs voix et pas retentir ... Un nouveau détenu ? même si il allait être avec nous c'était le moindre de mes soucis, je m'étais concentré sur mon compagnon de cellule....
Revenir en haut Aller en bas
Zero Kiriyu

avatar

Messages : 156
Date d'inscription : 28/10/2010
Age : 26

MessageSujet: Re: La longue marche vers l'enfer ! [PV : Zero]   Mer 29 Déc - 18:42

Après quelques instants, je pouvais sentir une légère odeur de tabat, je tourna ma tete en direction de Yuya quand je vis qu'il était assis sur son lit en train de fumé.
J'avais tellement été dans mes pensées que je n'avais pas pas entendu Yuya bougé comme d'habitude.
Le jeune homme ricana en prenant une nouvelle bouffée en me disant qu'il était bien d'accord avec moi, que l'ambiance était mortel et que je pouvais m'estimer heureux ou chanceux si il n'avais pas peter un cable d'ici ce soir.

Je continua a le regardé du coin de l'oeil, ce dernier se leva enlevant sa veste.
En dessous de cette veste, se trouvais un top sans manche de couleur noir, noir comme l'ébène, ce qui me surpris le plus était le design de ce top.
Celui ci, en effet était assez court s'arretant tout d'abord au cotes puis continuant a descendre plus bas sur un coté en biseau.

Ce genre de top lui allait bien, meme si je ne le connaissait pas vraiment, je trouvais que se genre de vetements lui allais, ca collais plus a sa personnalité changeante.
Je soupira a ses pensées qu'es ce qu'il me prenait de penser a ca ? Je m'en fou completement de ses vetements, je referma les yeux essayant de penser a autre chose, le silence s'était réinstaller pendant quelques instants car Yuya me dit quelques chose qui me frappa :

-'Sais-tu comment on s'occupe en règle générale dans une prison ? .... Le viol ... Soit les prisonniers les plus fort viol les plus faibles soit se sont les gardiens qui s'en paye une tranche...'


Je réouvris mes yeux, tournant ma tete pour regarder le jeune homme, ce qu'il me dit me surprenait et ne me surprenait pas dans un sens.
J'avais déja entendu ce genre de rumeurs et si on les écoute, cette prison est très réputé sur ce genre de propos ainsi que le faite que les gardiens considèrent les prisonniers comme des esclaves.
Ca me surprenait qu'il débute une conversation sur cela, il n'avais pas l'air d'etre ce genre de personnes mais bon, on dit toujours de ne pas se fier aux apparences.

On pouvais entendre soudainement, des bruits de pas, de paroles se rapproché de nous, un nouveau colocataire ?
Je commençais a peine a m'habituer a une personne, qu'une autre allais se ramener, enfin soit.
Je m'assied sur le bord du lit, mettant mes coudes sur mes genoux, fixant Yuya.

- " Hum .. ca ne m'étonne pas mais je ne pense pas que c'est considérés la plus part du temp comme un " viol ", Chaque personne a son lot de désir meme si ce n'est pas pour la personne avec qui on se trouve, des pulsons se crée donc je ne pense pas que se soit vraiment un viol mais bon meme si cela peut se produire, je ne suis pas attiré par se genre de chose."

Je regardais le jeune homme avec un sourire, cette conversation était quand meme légèrement bizarre qui aurait cru que nous allions finir par parler de ca ?
En faite, je trouvais cela amusant et je ressentais une assez hate a entendre a voir sa réaction.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: La longue marche vers l'enfer ! [PV : Zero]   Mer 29 Déc - 23:49

Des bruits de pas, des chaines, des paroles, des trousseaux de clés .... Peut importe si des gens s'approchaient ou non de notre cellule car mon attention était uniquement tourné sur mon compagnon de cellule. Alors que je fixais le jeune homme, ce dernier se tourna pour me regarder apparemment surpris de mes paroles. Après quelques temps en silence, il s'assit sur le bord de son lit mettant ses coudes sur ses genoux et me fixa en ajoutant :

- " Hum .. ca ne m'étonne pas mais je ne pense pas que c'est considérés la plus part du temp comme un " viol ", Chaque personne a son lot de désir meme si ce n'est pas pour la personne avec qui on se trouve, des pulsons se crée donc je ne pense pas que se soit vraiment un viol mais bon meme si cela peut se produire, je ne suis pas attiré par se genre de chose."

Ce dernier afficha un sourire soutenant mon regard, un sourire apparu sur mes lèvres en amenant ma cigarette à la bouche, laissant cette dernière coincée entre mes lèvres, je me levais brisant ainsi notre échange de regard et je me mis à rire. Quelle drôle de situation, comique même car je crois que ce garçon est un compagnon bien amusant. je lui fis en faisant quelques pas vers les barreaux de la cellule :

-"Avoir du désir est une chose, le faire car on t'y oblige est un viol peut importe comment tu tournes la question...."

Une petite pause dans mes paroles le temps de regarder aux alentours sans rien voir et revenir vers mon compagnon et me mettant juste devant lui, j'enlevais ma cigarette de la bouche et lui fit d'un air sadique et mécontent :

-"Alors pour toi peut importe le scenario si tu en viens à avoir des rapports ce n'est pas un viol car le désir est la ? ..."


Mon sourire sadique cachait en fait mon irritation face à ce genre de parole c'est alors que dans un geste vif je lui attrapas la machoire l'amenant à me regarder en le penchant légèrement en arrière, ma main gauche pendant le long de mon corps avec la cigarette qui se consumait comme le temps qui s'écoulait. Mon regard se plongea dans le sien, ma main tenait fermement sa mâchoire et je fis :

-"....Une pulsion ? ... Pas de viol ?... Tu ne te sens pas concerné ? ... foutaise ! Ca t'arrivera tout qu'a moi et à ce moment la, oui à ce moment la quand la douleur et la honte se mélangeront .. Alors la tu voudras que ton bourreau t'achève mais il ne le fera pas car tu deviendra son jouet "

Ca y est j'avais commencé à craquer et à ne plus me contrôler, la bête qui sommeillait en moi avait commencé à se réveiller et elle devenait déjà incontrôlable. Ses paroles m'avaient tellement mis en colère que au lieux de m'expliquer ou de justifier j'avais en même temps agit. Le fait qu'il se sente pas concerné était pire que tout comment pouvait-il être si sur de ca ? .... C'est alors que je baissa mon visage et lui vola ses lèvres, bien que j'étais énervés et que je voulais lui montrer que quand on se servait sans autorisation ce n'était pas autorisé et que c'était considéré comme une violation, je fis tout de même un baiser simple lèvre contre lèvre, puis un deuxième un peu plus fort pour mieux le sentir, un troisième ou nos lèvres s'entrouvrirent légèrement. Je me redressa le regard sévère et froid puis lâchait mon emprise restant tout de même devant lui et j'ajoutais :

-"Voila ce que ca fait quand on nous prend quelques choses sans notre accord "

Mon baiser devait en plus avoir le goût du tabac ce qui est encore moins top mais c'était juste pour lui prouver que ses paroles étaient fausses , comment allait-il réagir maintenant ? ....
Revenir en haut Aller en bas
Zero Kiriyu

avatar

Messages : 156
Date d'inscription : 28/10/2010
Age : 26

MessageSujet: Re: La longue marche vers l'enfer ! [PV : Zero]   Mer 5 Jan - 21:12

Le jeune homme me regardais, nos regards se croisèrent et ne se rompèrent que lorsque que Yuya se leva, ce dernier se mis a rire probablement de mes paroles.
Il se dirigea vers les barreaux de la cellule tout en me disant :

-"Avoir du désir est une chose, le faire car on t'y oblige est un viol peut importe comment tu tournes la question...."

Il prit une légère pause dans ses paroles, le temps de regarder a gauche et a droite de la cellule surement pour voir si quelqu'un allait arriver.
Puis il revient vers moi se postant tout juste en face de moi, il enleva sa cigarrete de ses lèvres, la gardant entre ses doigts, il arborait un air sadique et mécontent.

-"Alors pour toi peut importe le scenario si tu en viens à avoir des rapports ce n'est pas un viol car le désir est la ? ..."

On pouvais entendre grace au ton de sa voix que mes paroles l'avait énervé, irrité surement, je continua a le regardé quand d'un geste vif, il attrapa au niveau de la machoire.
M'obligeant a le regarder, ne pouvais quitter son regard, il me pencha légèrement en arrière, j'était surpris bien que je m'attendais a ce genre de réaction de la part du jeune homme.

-"....Une pulsion ? ... Pas de viol ?... Tu ne te sens pas concerné ? ... foutaise ! Ca t'arrivera tout qu'a moi et à ce moment la, oui à ce moment la quand la douleur et la honte se mélangeront .. Alors la tu voudras que ton bourreau t'achève mais il ne le fera pas car tu deviendra son jouet "

Je frissonna légèrement de peur ? non ... d'exitation ... Voir le jeune homme dans un tel état d'énervement me rendais content, qui aurait pu dire qu'il réagirait aussi fortement a mes paroles.
Mais a ma grande surprise, a mon grand étonnement, il fit quelques chose dont je ne m'y attendais vraiment pas, il m'embrassa, le premier baiser était un simple contact de lèvres.
Le deuxième était un peu la meme chose mais un peu plus fort, pour que je sent bien le contact et le troisième me fit frissonnercar nos lèvres s'entrouvèrent légèrement.

J'était completement choqué, paralysé par ce geste,, il avais fait quelques chose dont je n'avais meme pas imaginé, il se redressa me regardant d'un air sévère et froid, lachant par la suite son emprise sur ma machoire.
Il ajouta le genre de paroles dont je m'attendais, ceux qui accompagnait ce geste, il me dit que s'était cela qu'on resentais quand on nous prenait les chose sans notre accord, nous parlions bien évidemment ici de mes lèvres.

C'était assez désagréable de se faire embrasser de cette facon, je devais l'avouer surtout que c'était un homme.
Ses baisers avaient un gout de tabac qui rendais ce contact encore moins agréable pourtant ... je devais avouer que ses lèvres étaient ... assez douce et chaudes par la meme occasion.

J'avais une étrange envie de ... jouer avec Yuya, le jeune homme avait déja un peu éveillé ma curieusité avec ses changements de comportement mais je trouvais cela vraiment amusant.
De voir ou es ce qu'il pouvais poussez ses limites, de voir jusqu'a quelle limites je pouvais allez avant qu'il ne réagis vraiment.

Je me redressa, attrapant son avant bras et d'un geste brusque je le tira vers moi, le poussant par la meme occasion ensuite sur ma banquette, je souriait, je m'amusais déja avant d'avoir commencé.
Je me mis au dessus de lui comme il avais fait au par avant avec moi, je l'attrapa au niveau du visage, le regardant dans ses yeux doré avec un sourire.

-" Je n'ai jamais dit que c'était a chaque fois ainsi, bien sur il y a des viols, bien sur qu'on peut forcer une personne a faire des choses contre leur gré, je n'ai jamais dit le contraire "

Pour ce genre de cose, j'était très bien placé, ce n'était peut etre pas des viols, mais c'était encore bien pire qu'un viol, c'était des meurtres, bien sur je n'était pas obligé de faire cela bien que je pense que quoi que ma décision aurait été, je suis presque sur que j'aurai bien été obligé d'accepter leur " demande ".
J'approcha mon visage du sien, nos visage ne se trouvait plus qu'a quelques centimètres, je regardais la moindre de ses expressions avec amusement.

- " Mais il faut avouer ... que quand on a une personne en face de soi qui est assez mignon, cette sensation de " viol " s'estompent légèrement, je n'irait pas a dire qu'elle disparait car elle reste toujours la mais quand on sais ou toucher ..."

Je passa légèrement mes doigts sur sa nuque, dans un léger frolement, je m'avança un peu plus allant près de son oreille ou je souffla doucement près de son oreille.

-" Cela devient quand meme plus agréable ..."

J'émis un petit rire, me redressant légèrement, je regarda Yuya dans les yeux guettant la moindre réaction de sa part, et dire que j'avais au début pensé que resté ici, serait ennuyant mais avec ce jeune homme, se ne sera pas vraiment le cas, j'avais un certain enthousiaste a voir les diverses facette de sa personnalité.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: La longue marche vers l'enfer ! [PV : Zero]   Mar 11 Jan - 10:01

C'était la première fois que j'embrassais un homme mais j'étais tellement en colère par ses propos que j'ai agis sous l'impulsion cependant je devais avouer que le contact de ses lèvres était plutôt agréable. Est ce que je serais attiré par les hommes en général ou par lui ? .... IMPOSSIBLE, l'aimais ma fiancée de ton mon être j'aurai voulu lui donner ma vie en échange de sa mort même si je doute déjà qu'elle aurait été contre. Après un échange de regard et un silence le jeune homme se releva et empoigna mon avant bras, sa main était chaude voulait-il me frapper pour se venger ? ....

Mais je fus brusquement tirer vers lui et poussé sur la banquette, je me retrouvais dans la position inverse cette fois c'est moi qui était allongé sur la banquette de mon colocataire de cellule et lui au dessus de moi souriant d'amusement son regard violacé plongé dans le mien. A quoi pouvait-il bien penser ? me rendre la pareille pour se venger ? me faire peur ? ... même si c'était le cas, je n'avais rien à perdre, même ma fierté d'homme je l'ai abandonné ce fameux jour, je n'ai plus rien à perdre et je n'ai rien à attendre ....

-" Je n'ai jamais dit que c'était a chaque fois ainsi, bien sur il y a des viols, bien sur qu'on peut forcer une personne a faire des choses contre leur gré, je n'ai jamais dit le contraire "

Il approcha son visage du mien qui se trouvait plus qu'a quelques centimètres, d'abord je pris une expression étonner à savoir si il allait faire la même chose mais en regardant l'air amuser il était hors de question que je lui donne satisfaction et donc je repris mon air détaché et sérieux quand il poursuivit :

- " Mais il faut avouer ... que quand on a une personne en face de soi qui est assez mignon, cette sensation de " viol " s'estompent légèrement, je n'irait pas a dire qu'elle disparait car elle reste toujours la mais quand on sais ou toucher ..."


Qu'est ce qu'il essaye de dire ? .. qu'il me trouve mignon et à son goût et qu'il voudrait... Non, je ne pense pas sinon il aurait agit autrement à mon égard si il avait été attiré. Je sentis distinctement ses doigts effleurer ma nuque dans une douce caresse, plutôt agréable je dois avouer, son visage s'approcha dangereusement avant de dévier mon oreille, il n'en était pas moi que nos joues se frôlèrent et je pouvais bien sentir son odeur... odeur... en y réfléchissant il porte une aura bien mystérieuse autour de lui ainsi que l'odeur du sang....
Peut être je me faisais des idées et c'était seulement dans l'état qu'il était avec sa blessure qui me faisait cette effet là. Il ajouta dans un souffle à mon oreille :


-" Cela devient quand même plus agréable ..."

Un petit rire s'échappa alors que rien que de m'imaginer avec un homme me fit frissonner de dégout. Il se releva et me regarda dans les yeux, qu'attendait-il de moi ? il ne fait que jouer pour se venger de ce que j'ai fait tantôt. Je détournais mon regard et j'émis alors un soupir, en me relevant je lui pris l'épaule droite avec ma main droite pour le pousser de sur moi, peut être arriverais-je à me relever et m'échapper de sa banquette tout en lui disant :

-"Tssss... ce n'est pas un jeu ... tu ne fais que te jouer d'autrui mais je suis sur que bientôt ca deviendra l'enfer. Et que se soit toi, même si tu n'es pas sérieux que tu fais ca pour te venger du baiser que je t'ai donné ou que ce soit un autre je ne me laisserai pas faire si facilement. Je voulais juste que tu comprennes que posséder une chose que l'on autorise pas était un viol ..."

Mon regard froid se posa sur Zero pour voir sa réaction....
Revenir en haut Aller en bas
Zero Kiriyu

avatar

Messages : 156
Date d'inscription : 28/10/2010
Age : 26

MessageSujet: Re: La longue marche vers l'enfer ! [PV : Zero]   Mar 18 Jan - 8:20

J'attendis sa réaction avec une certaine impatience, comment allat il réagir ? Telle était la question, va t'il me frapper ? Ou autre ?
Mais ce dernier ne fit rien de tel,il soupira tout d'abord puis il me prit l'épaule droite pour me pousser surement essayais t'il de s'échappé enfin je ne le retenait pas.

-"Tssss... ce n'est pas un jeu ... tu ne fais que te jouer d'autrui mais je suis sur que bientôt ca deviendra l'enfer. Et que se soit toi, même si tu n'es pas sérieux que tu fais ca pour te venger du baiser que je t'ai donné ou que ce soit un autre je ne me laisserai pas faire si facilement. Je voulais juste que tu comprennes que posséder une chose que l'on autorise pas était un viol ..."

Il n'avais pas tord, je ne fesais que jouer, ma curieusité l'emporta, Yuya me fascinait ou plutot son caractère me fascinait, essayé de devinez ce qui allais faire était vraiment fascinant.
Etre en son contact me fesais oublier toute les atrocité que j'avais pu commettre, il occupait mes pensées, il agissait comme on sorte de somnifère, ca pouvais etre bizarre, completement bete mais pourtant c'était vrai.

Je me retourna le laissant sur ma banquette un court instant, sa réaction m'ennuiais, ce n'était pas passionnant, j'avais cette envie de le provoqué de voir ou es ce que je pouvais mettre mes limites.
Je me retourna a nouveau, le plaquant a nouveau contre la banquette dans un mouvement brusque et rapide, mon sourire s'élargis, ce n'était meme pas par " vengeance " comme il le disait c'était par ennuis que je fesais cela.

-" Qui ta dit que je n'était pas sérieux ? "

Je lui attrapais le menton et écrasa mes lèvres contre les siennes sans douceur ni tendresse, ce n'était meme pas par envie que je fesais cela, c'était juste pour le provoquer, voir comment es ce qu'il allait réagir mais je n'allais pas m'arreter a la.
Ce serait trop facile et en plus, j'avais l'impression qu'il ne réagirais pas encore vraiment, il croyais toujours que je fesais cela car il me l'avais fait, ca me fit légèrement rire.

Mes mains tenaitent fermemant ses épaules, l'obligeant a rester contre ce lit qui n'en était meme pas vraiment un quand on le voyait mais pourtant servait comme tel.
Je déposa mes lèvres dans son cou, jsute le temps de deux ou trous baisers puis je l'embrassais a nouveau un peu plus doucement, le faite que c'était un garçon me dérangeait un peu, je n'était pas attiré par eux mais heureusement Yuya était assez mignon, cela m'aida un peu, je ne ressentais pas une attirance proprement dit mais je ressentais une certaine exitation meurtrière.

-" Sache que je suis on ne peut plus sérieux, mon cher Yuya ..."

J'avais envie de blesser le jeune homme alors que ce dernier n'avais rien fait a part le faite de partager la meme cellule que la mienne et d'avoir échangé quelques mots avec ma personne.
Je continua a l'embrasser mais comparé a lui, je l'obligea a entrouvrir les lèvres et je venais caressé sa langue sauvagement, on ne ressentais rien proprement dit sauf peut etre de la provocation.

Je n'était pas suicidaire, non mais ce qu'il y avais c'était que je m'ennuiais et je ressentais le besoin de m'occuper, et Yuya allais m'aider a cela.
Non pas pour m'occuper sexuellement, mais j'espèrais quand meme que le jeune homme me révelé une nouvelle facette de sa personnalité.

Et si ce dernier ne réagirait pas, si il aurait l'air d'apprécié cela, je passerai a la vitesse supérieur mais je le fait, je ne réponderais probablement plus de rien.
Je ne pouvais pas m'empecher de sourire, un sourire narquois qui pourrait l'énervé et c'est pourquoi je souriait ainsi.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: La longue marche vers l'enfer ! [PV : Zero]   Jeu 20 Jan - 23:17

Alors que Zero c'était retourné, j'en profitais pour me relever un peu en essuyant ma bouche mais je ne m'attendais pas à se que ce dernier se retourne brusquement se jetant littéralement sur moi comme un sauvage et me plaquerait fermement sur la banquette en me maintenant par les épaules. Je fus d'abord surpris par son action, son sourire s'agrandissait pour laisser échapper quelques mots :

-" Qui ta dit que je n'était pas sérieux ? "

Non impossible qu'il soit sérieux, depuis le début rien ne laissait présager qu'il serait intéressé par moi ou un autre homme en général, alors serait-ce un défi ? Cherche-t-il une quelconque bagarre ?... Je n'eus le temps ni de parler ni de réagir qu'il me leva le menton et écrasait ses lèvres contre les miennes, on ne pouvait ressentir aucune sensibilité ou autre dans cet échange ce qui me valu le fait d'être dégouté, je trouvais même que j'avais dû être trop doux envers lui juste avant. Je sentais ses mains faire pression sur mes épaules pour m'empêcher de bouger, il en profita pour déposer deux ou trois baisers dans mon cou ce qui me fit frissonner pour qu'ensuite il regagne mes lèvres dans une action plus douce, il ajouta :

-" Sache que je suis on ne peut plus sérieux, mon cher Yuya ..."

Juste après il m'embrassa de nouveau me forçant à ouvrir la bouche pour que sa langue vienne sauvagement caresser la mienne, je sentais comme des rictus sur ses lèvres alors qu'il m'embrassait, cela m'énervait non pas qu'il rit ou qu'il s'amuse à se moquer de moi ou de la situation mais plus du fait que je sois la comme une pauvre fille sans défense alors que je suis un homme qui a pu par amour ôter une vie. Je ne suis pas si gentil qu'on pourrait le croire et je compte bien lui démontrer. Jusque la je pensais me montrer sympathique car en effet nous aurions à partager pendant un sacré moment la même cellule mais si il veut que je la joue hard pourquoi pas ...Je lui mordis la langue au point de la lui faire saigner et en profitait pour relever ma jambe droite mettant ainsi mon genoux sur son ventre et le repoussa pour qu'il se lève. J'y mettais une bonne force et comptais sur la surprise, notre baiser fut ainsi rompu, je m'essuyais la bouche le regardant méchamment et ajouta :

-"Tu croyais franchement que je me laisserais faire ? Tu te mets le doigt dans l'oeil !! ... "

Je restais à moitié allongé sur sa couchette restant à le fixer comme si je traquais une bête ou une proie, attendant ses moindres faits et gestes. Que pouvait-il bien avoir en tête en ce moment ? Il paraissait si..."normal" et voila qu'il veut me sauter dessus, je pense que d'un côté c'est de ma faute si on en est là, je n'avais qu'a pas commencer ce jeu stupide à l'embrasser en premier. J'émis comme un mécontentement ...

-"Tsss... Tu réagis comme ca parce que je t'ai embrassé en premier mais j'ai jamais dit que je te ferais plus que ca et j'ai justifié mon geste. Toi c'est juste pour t'amuser, te moquer ou passer le temps ... Kuso !!! "

Je me redressais doucement pour me mettre en position assise, peut être cela allait être une erreur de ma part mais j'ai arrêté de le regarder pour me concentrer sur les douleurs aux épaules car Zero ne faisait pas semblant d'appuyer, j'enlevais mon haut me mettant ainsi torse nu et observais mes épaules rougies. Seul mes collier tombaient sur mes pectoraux et mes tatouages tribal étaient présent sur mon buste....
Revenir en haut Aller en bas
Zero Kiriyu

avatar

Messages : 156
Date d'inscription : 28/10/2010
Age : 26

MessageSujet: Re: La longue marche vers l'enfer ! [PV : Zero]   Jeu 27 Jan - 15:01

Le jeune homme réagit a mes faits et gestes, il me morda violemment la langue sans ménagement, je ressentais une vive douleur ainsi qu'un gout de sang envahir ma bouche.
Il porta son genou contre mon ventre et me repoussa fortement rompant le contact de mes lèvres sur les siennes.

Sa réaction m'amusais déja beaucoup et c'était plus divertisant de " jouer " de cette façon que de parler ou de raconter tout et n'importe quoi ou alors de se lamenté bien que Yuya n'avais pas l'aire de ce genre de personne et encore heureux, je n'aurais pas supporté d'etre avec un gars qui ne cesse de se lamenter, j'aurai probablement commis un nouveau meurtre.
Je frotta le coin de mes lèvres d'où coulait un peu de sang tout en l'écoutant parlé :

-"Tu croyais franchement que je me laisserais faire ? Tu te mets le doigt dans l'oeil !! ... Tsss... Tu réagis comme ca parce que je t'ai embrassé en premier mais j'ai jamais dit que je te ferais plus que ca et j'ai justifié mon geste. Toi c'est juste pour t'amuser, te moquer ou passer le temps ... Kuso !!! "

Il se redressa doucement après m'avoir littéralement fusillé du regard, il retira son haut assez original pour resté torse nu, dévoillant sa peau ainsi que des tatouages tribals.
J'aimais assez bien meme si personnellement ce n'était pas mon truc, mon regard se concentra un peu plus sur ses épaules qui étaient rougie par mon étreinte.
Je n'avais pas fait attention a la force que j'exercais sur ses épaules, j'avais pensé qu'il se serai un peu plus débattu quand meme, j'éclata de rire suite a ses paroles.

- " Pfff ... comme si j'allais me venger pour un bete baiser, je ne suis pas encore près a me rabaisser a ca ! M'amuser ... oui c'est bien possible, c'est plus pour me divertir bien que je n'ai aucun envie d'avoir ce genre de rapport avec toi, j'ai envie de voir tes réactions car je doit l'avoué, tu me fascine Yuya. "

J'attrapa brusquement son menton le forçant a me regardé, je plongea mon regard dans celui de mon compagnon de cellule, éffleurant doucement ses lèvres, plus tendrement que les derniers baisers.

- " En tout cas, tu n'oppose pas beaucoup de résistance! Aimerais tu cela ? Voudrai tu que je suis doux ? "

Je me relevane rompant pas le contact visuel , j'eu une soudaine pulsion, et frappa le jeune homme au niveau de la joue.

- " Si ... ennuyant ... "

Je le fixa avec un sourire narquois, allait il réagir ? Probablement et si il ne le fait pas c'est qu'il doit aimé cela ou alors qu'il n'a vraiment pas de cran ...

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: La longue marche vers l'enfer ! [PV : Zero]   Ven 4 Fév - 23:12

Je voyais bien les marques rouges sur mes épaules, bien vives et marquées, chaque doigt je pouvais les voir bien distinctement et c'est comme si je les sentais encore. Alors que je soupirais, j'entendis Zero éclater littéralement de rire. Je le regardais surpris, était-ce ce que j'avais dit ou ce que je faisais qui lui valu cet éclat de rire ? ... aucune idée mais je ne tarderais pas à le savoir car sa voix remplissait la cellule :

- " Pfff ... comme si j'allais me venger pour un bête baiser, je ne suis pas encore près a me rabaisser a ca ! M'amuser ... oui c'est bien possible, c'est plus pour me divertir bien que je n'ai aucune envie d'avoir ce genre de rapport avec toi, j'ai envie de voir tes réactions car je doit l'avouer, tu me fascines Yuya. "

L'entendre prononcer aussi familièrement mon prénom me fit frissonner, un froid limite paralysant. Il s'approcha, je pouvais sentir sa main m'attraper le menton et me forçant à le regarder. C'est ainsi que nos regards se croisèrent de nouveau, ses lèvres effleuraient tendrement les miennes, comme une caresse c'est à ce moment qu'il ajouta :

- " En tout cas, tu n'oppose pas beaucoup de résistance! Aimerais tu cela ? Voudrai tu que je suis doux ? "

Qu'est ce qu'il racontait ? .. ne venais-je pas de le repousser ? et au début c'est plus lui qui se laissait faire. Bien sur que non je me laisserais pas faire, je ne suis pas dans ce genre d'attirance. Ca me mettait hors de moi qu'il pense cela, il me lâcha et se releva rompant ainsi tout contact mais ce ne fut que de courte durée car il fit un geste donc je ne m'attendais pas.... Il me frappa, je sentis l'impact sur mon visage qui me fit tourner net la tête. De ce fait, je me suis mordu la lèvre, j'essuyais alors mes lèvres et redressais ma tête pour lui faire face accompagné d'un air hostile quand il ajouta :

- " Si ... ennuyant ... "

Il me regardait .. il était la juste en face de moi d'un air supérieur et triomphant avec le sourire narquois pour bien me mettre les nerfs à vif. Ce qu'il réussit d'ailleurs, je ricana regardant la banquette ou j'étais assis et en continuant à m'essuyer, je lui fis :

-"Haha... tu peux parler au début tu t'es pas beaucoup défendu non plus et si je suis si ennuyant .. pourquoi t'occupes-tu de moi ? "


C'est alors que je tournais ma tête le regardant et dans un geste rapide je me levais et lui collais une bonne droite sur sa joue. Un banal retour peut être un peu fort mais c'est lui qui avait frappé en premier et qui me cherchait les noises. J'ajoutais sur un ton sec et froid en marchant en direction de ma couchette, mon maillot dans une main :

-"Je te prierais de m'oublier et de me foutre la paix à partir de maintenant, je n'ai pas non plus envie de faire des choses avec un homme, d'ailleurs ca mets jamais venus à l'esprit et encore moins avec toi. Pour tes parties de jeux je ne serais pas ton partenaire car ca risquerait de mal finir"

Je tremblait de nervosité, j'avais tellement envie de lui en mettre plein la figure mais j'ai préféré me retenir car si je venais à me battre tout le temps avec lui je me demande ce que sera l'ambiance ici, voir pire attirer l'attention des gardiens qui pourrait nous emmener ailleurs.
Revenir en haut Aller en bas
Zero Kiriyu

avatar

Messages : 156
Date d'inscription : 28/10/2010
Age : 26

MessageSujet: Re: La longue marche vers l'enfer ! [PV : Zero]   Sam 12 Fév - 16:27

Je pouvais voir l'expression sur le visage de Yuya, le fait que mon sourire et probablement mon geste, le méttais hors de lui, sa m'amusais ... non je jubilait rien qu'a voir cette magnifique expression.
Le jeune homme ricana, regardant la banquette du au chocs de mon poing, sa tete était légèrement tourné vers celle ci, sa voix se fit entendre, tout comme son expression, on pouvait entendre son énervement, un doux son qui plaisait a mes oreilles.

Il me dit que s'était moi qui au début ne me défendais pas, c'était vrai mais je ne m'éait pas réveillé, je fesais plus la discussion comme je parlerai a n'importe qui, la je m'amusais puis il ajouta une question assez simple " pourquoi es ce que je m'occupe de lui"
Yuya n'était pas bete a se point, Si ? Il n'y a que lui qui se trouve dans cette cellule, je vais pas aller ennuyé l'air qui m'entoure et je le trouvais assez divertissant, ce jeune homme.

Il tourna sa tete, me regardant pendant un court, un très bref instant, la suite alla assez vite sans que je ne m'en rend vraiment compte.
Il se leva brusquement et porta une bonne droite sur ma joue, j'en fut tellement surpris et inattendu que je me mordis la langue comme un débutant.
La douleur était vive, elle l'était encore deux fois pire car quelques minutes avant, Yuya m'avais mordu fortement a la langue, pour la deuxième fois, le gout du sang envahit ma bouche.

Le jeune homme se leva de ma couchette, prenant son maillot d'une main, il alla rejoindre sa couchette, tout juste en face de la mienne en me disant d'un ton sec et froid :

-"Je te prierais de m'oublier et de me foutre la paix à partir de maintenant, je n'ai pas non plus envie de faire des choses avec un homme, d'ailleurs ca mets jamais venus à l'esprit et encore moins avec toi. Pour tes parties de jeux je ne serais pas ton partenaire car ca risquerait de mal finir"

Je pouvais voir son corp tremblé surement par l'énervement que j'avais provoqué, je me demandais des fois si je n'était pas Masochiste car nous nous entendions assez bien avant en tout cas, assez pour ne pas en venir aux mains.
Mais maintenant cela était trop tard car nous avions déja chacun leger la main sur l'autre, j'essuya légèrement le coin de ma bouche et j'avala le sang que ma blessure a la langue avait fait venir.

- " T'oublier ? ca va être un peu dur, n'oublie pas que nous sommes enfermés tout les deux dans cette cellule, te foutre la paix ? Cela aussi me sera impossible, je m'aumse bien avec toi, tes réactions sont changeantes et imprévisibles, sa rend le jeu plus agréable. "

Malgré que j'avais un caractère assez " gentil " je pouvais etre quelqu'un de détestable a souhait, ce que j'était maintenant et encore, je connaissait mes limites sinon je pourrai aller très loin et provoqué Yuya encore plus si il le fallait, mais j'ai mes principes et cela n'arrivera pas.

-" Alors pour mettre les choses au clair, je n'ai jamais voulu faire de choses avec toi et ce n'est vraiment pas mon intention, j'avais juste envie de m'amusé ... de tué le temps si on peut dire, et je m'amuse assez bien... et puis tu dit ... finir mal ? Voyons je pense qu'on peut etre des adultes responsables et nous connaissons chacun la limite a ne pas dépassé."

Ce que je disait était vrai, ce n'était pas des excuses pour ce que j'ai fait, et je ne lui en ferai jamais, de plus si il commençerait a en venir aux mains, je savais me défendre.
Les personnes que j'ai tué n'ont pas été toute tué avec mon Bloody Row, cela aurait été trop facile, non la plus part de mes victimes tués par mon Bloody Row était des femmes car je n'arrivais pas a porter la main dessus, les hommes s'était beaucoup plus facile car je pensais a l'homme qui avait osé agressé Yuki enfin cela s'était vite réglé.

-" Et je t'aime bien donc tu sera mon partenaire pour jouer que tu le veuille ou non, je sens qu'on va bien s'amuser .."

J'émis un petit rire, je souriais mais cette fois ci, ce n'était pas pour le narguer ou autre c'était un vrai sourire, nous n'étions pas amis et pourtant, j'avais le préssentiment qu'on allais bien s'entendre, c'est peu être faux mais bon ...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: La longue marche vers l'enfer ! [PV : Zero]   Jeu 17 Fév - 9:40

Alors que je rejoignais ma banquette, j'écoutais attentivement ses dires. Ses mots qui mirent bout à bout donnait le sens incompréhensible et une énorme prise de conscience.... l'incompréhension est pour le fait qu'il me prenne moi un homme pour un jouet et la prise de conscience est en fait que étant tous deux dans la même cellule je ne pourrai aucunement lui échapper. Il avait raison sur certain point... Ok ! je lui ai dit des choses qui pouvait lui paraitre débile comme "Pourquoi tu t'occupes de moi"... le fait de me laisser tranquille et de m'oublier... tout cela était dit dans le sens qu'il fasse comme si il était seul dans cette foutu cellule. Il aurait sa moitié et moi la mienne, je m'occupe pas de lui et lui ne s'occupe pas de moi, c'est cela que ca voulait dire mais l'avait-il compris ainsi ou me prenait-il pour un idiot ? ... Je l'amuse par mon comportement et mon caractère, je pourrais dire que c'est la première fois que ca arrive, je n'ai pas vraiment eu d'amis et la seule qui m'a aimé est ma fiancée aujourd'hui disparu. Cet homme avec ce regard violacé et ce sourire narquois... ce garçon qui n'était pas vieux avec une aura mystérieuse m'insupportai et le pire ce qui m'énervait encore plus c'est qu'il devait penser que je suis l'un de ses "zozo" de jeune qui s'énerve facilement et qui doit vite se laisser faire mais ce n'est pas le cas loin de la.

Je jetai mon T-shirt sur ma banquette et me retournais pour regarder Zero, mon air était vraiment mécontent car il était hors de question que je joues le rôle de son jouet. En le voyant, j'avais pu remarqué qu'il s'était essuyé la lèvre mais il ajouta :

-" Alors pour mettre les choses au clair, je n'ai jamais voulu faire de choses avec toi et ce n'est vraiment pas mon intention, j'avais juste envie de m'amusé ... de tué le temps si on peut dire, et je m'amuse assez bien... et puis tu dit ... finir mal ? Voyons 'on peut etre des adultes responsables et nous connaissons chacun la limite a ne pas dépassé."

Des responsables adultes ? .... Il se foutrait pas de moi ? ... depuis quand des adultes responsables agisse comme ca envers un gars qu'ils viennent de rencontrer ?... Je pense que j'ai du tombé sur un malade ou alors sur un homo refoulé. A sa dernière phrase, je sentis comme un craquement dans ma tête ... s'en était trop car non seulement il disait qu'il m'aimait bien mais en plus il soutenait que je serais son jouer.. Ce fut la goutte qui fit déborder le vase. C'est alors que mon expression se changea en une chose complètement indescriptible mais si il fallait on dirait que je frisais la folie.. le déjanté.... Mon rire satanique raisonna dans la cellule tel un son des enfers .... Je ne le regardais déjà plus et avait mon regard vers le plafond....


-"HA HA HA ....!!!!! Non mais laisse-moi rire ! .. Des adultes responsables ? ... D'où tu as vu que je me laisserais être utilisé comme un jouer par quelqu'un ? ..."

Je le regardais à nouveau, le regard plein de haine, les dents serrés par la colère et j'ajoutai en affrontant son regard


-"Il est hors de question que je sois ton jouet....Je me défendrais ! et tu as une drôle de façon de montrer que tu apprécies les gens ... car te faire détester d'eux pour les approcher est pas une bonne solution"

Je ne pouvais plus contrôler ma colère si je m'écoutais je me serai jeter sur lui pour lui donner une avalanche de coup de poing afin d'effacer son sourire et son expression insolente....


Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: La longue marche vers l'enfer ! [PV : Zero]   

Revenir en haut Aller en bas
 
La longue marche vers l'enfer ! [PV : Zero]
Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» La longue Marche vers Dachau. { Libre.
» Vers un multilinguisme intégral
» Marche vers Embouchure...
» Dakô, ou une marche vers Iwa, halte chez Iô
» Première marche vers la Gloire

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Enferme-moi... :: La prison isolée :: Bâtiment principal :: Les cellules-
Sauter vers: